Magazine Santé

Médecines alternatives et médecines douces : pour quels problèmes y avoir recours ?

Les médecines douces ou médecines alternatives sont des pratiques de soin qui n’utilisent pas de molécules chimiques et des médicaments pour faire un traitement. Actuellement, l’Organisation Mondiale de la Santé répertorie environ 400 pratiques qu’elle considère comme étant des médecines douces et ce type de soin attire de plus en plus de patients. Quel est alors le champ d’action de la médecine douce ? Et qui peuvent consulter les professionnels dans ce secteur pour se soigner ?

Les médecines douces les plus connues

Le traitement par la médecine douce fait intervenir plusieurs pratiques comme :

  • La phytothérapie qui utilise des extraits de plantes pour traiter les maladies et les prévenir.
  • L’homéopathie, qui fonde son traitement sur la loi de la similitude. Pour traiter, cette pratique utilise une dose minime des symptômes d’une maladie pour la traiter.
  • L’ostéopathie qui utilise les mains pour détecter les maux du corps et les soigner.
  • La chiropraxie, ayant les mêmes principes que l’ostéopathie mais qui se différencient sur quelques points.
  • La réflexologie, qui consiste à traiter le mal en massant les mains et les pieds.
  • L’auriculothérapie qui consiste à utiliser des aiguilles sur les oreilles pour traiter les douleurs.
  • L’acupuncture qui utilise de fines aiguilles ou la pression des doigts pour détecter le mal et le soigner.
  • Le yoga qui utilise la gymnastique douce pour se détendre et traiter la maladie.
  • L’hypnose.

Les pratiques douces adaptées à chaque maladie

            La migraine

La médecine alternative intervient dans le traitement des maux du corps et en l’occurrence les maux de la tête. Ce dernier peut ainsi être traité par la phytothérapie, l’homéopathie, l’acupuncture, l’ostéopathie ou encore l’hypnose. D’autres maux comme les maux de ventre, les maux de dents peuvent également être traités par les pratiques douces citées précédemment.

            Le mal de dos et l’arthrose

Le mal de dos est difficile à traiter et parfois la médecine conventionnelle ne trouve pas d’alternatives, autres, que les anti-inflammatoires pour venir à bout des douleurs. En médecine douce, les pratiques ayant du succès sont entre autres la phytothérapie, la chiropraxie et l’acupuncture pour atténuer le mal de dos et l’arthrose.

            Douleurs articulaires

L’homéopathie, l’ostéopathie et la phytothérapie sont les meilleures alternatives douces pour soulager le déséquilibre du corps dû au dysfonctionnement des ligaments, des muscles et des articulations.

            Le stress, l’anxiété, l’insomnie et la dépression

Pour traiter ces maladies, l’objectif est de relaxer et d’apaiser tous le corps. C’est en ce sens que l’acupuncture et les gymnastiques douces comme le Yoga et la méditation sont appropriées pour traiter ces types de maladies. De même, l’hypnose qui a pour objectif d’allier le corps et l’esprit. Pour l’insomnie, la phytothérapie, grâce à des thés comme la camomille ou la verveine, est également très efficace.

            L’asthme, les allergies

En libérant certaines hormones et d’autres substances chimiques dans le corps lors du traitement, l’acupuncture est aussi efficace pour traiter les allergies et l’asthme. Il en est de même pour la phytothérapie.

            Le rhumatisme, le cholestérol, le diabète et la tension,

Ces maladies sont des exemples parfaits de l’utilisation de l’homéopathie pour traiter une maladie et permettre au corps de se guérir lui-même. Pour plus d’efficacité, il est cependant conseillé d’associer le traitement de ces maladies avec un traitement médical.

            Les troubles hormonaux

La réflexologie est indiquée pour traiter les troubles hormonaux et gynécologiques (infection urinaire). L’acupuncture, en agissant directement sur les nerfs soulage également les crampes menstruelles.

Le cancer

La médecine douce ne guérit pas le cancer, elle est cependant une alliée efficace pour mieux supporter les effets du traitement classique comme le vomissement, la fatigue, le refus de manger, l’insomnie…L’homéopathie, la phytothérapie, l’acupuncture, le yoga, l’hypnose sont efficaces pour traiter les effets secondaires du cancer. Il est cependant à signaler que ces traitements doivent être pris en parallèle avec les médecines conventionnelles et le médecin traitant doit être informé du suivi d’une médecine alternative lors du traitement d’un cancer.