Magazine Santé

Les plantes : les nouveaux médicaments de demain ?

Depuis la nuit des temps, les plantes médicinales accompagnent l’homme dans sa vie quotidienne, pour son bien-être, car elles présentent un moyen de se faire du bien de manière naturelle et économique. En effet, la médecine naturelle est actuellement en vogue. Ainsi, des remèdes à base de plantes font de plus en plus leur apparition.

Les plantes médicinales

Les plantes médicinales, selon la définition officielle française, sont celles qui sont enregistrées à la Pharmacopée. À noter que leur inscription à cette entité exprime leurs caractères médicamenteux, c’est-à-dire qu’elles sont reconnues comme des médicaments. Autrement dit, elles font partie des produits utilisés pour éviter, soigner, ou guérir une maladie, ou tout simplement calmer une douleur. Et leur efficacité dépend de leurs composants.

L’utilisation des plantes médicinales

En général, elles s’utilisent de deux façons. En effet, ses constituants sont utilisés directement comme agents thérapeutiques, mais également comme des matières premières pour la synthèse de médicaments. Concrètement, on distingue les plantes herboristes étant utilisées telles quelles, de manière traditionnelle, et les plantes constituant une matière première pour l’industrie pharmaceutique. Aujourd’hui, elles sont encore au cœur de la pharmacopée humaine. En effet, au début du XXIe siècle, plusieurs médicaments importants sont issus de médecines traditionnelles d’origine végétale ou de recherches chimiques sur des molécules d’origine végétale. À noter que la médecine par les plantes, ou le traitement par les végétaux, ou encore la phytothérapie, se repose sur la notion de « totum », dont toutes les substances présentes dans la plante agissent de façon synergique, et sur la notion de globalité, soignant l’homme en être entier. Ainsi, les plantes représentent un ensemble de composants travaillant en synergie. Et c’est cette addition de substances qui est à l’origine de leurs nombreuses propriétés. Par exemple, l’artichaut est une association de 4 molécules, à savoir  l’acide citrique, malique, succinique et cynaropicrine. En effet, si on les prend isolément, ils sont peu actifs, par contre leur synergie implique un effet pharmacologique puissant, entre autres, sur le foie. Enfin, il faut savoir que les plantes sont utilisées sous différentes formes, telles que fraîche ou sèche.

L’avenir des plantes médicinales

Actuellement, on pense que les limites des médicaments conventionnels ont été atteintes. Alors que le traitement par les plantes, ou la phytothérapie, avec les découvertes incessantes, gagne de plus en plus de terrain. En effet, en ce moment, la demande des soins alternatifs est en pleine expansion. Cela est dû à la nouvelle approche de la phytothérapie, visant à apporter des solutions simples et pratiques à des problèmes vécus au quotidien. En plus, aujourd’hui, les plantes peuvent soigner beaucoup de troubles et pathologies. Un certain nombre d’entre elles est même à l’origine de divers traitements comme les maladies cardiaques, ou les cancers. Du coup, cette ascension est la garantie de leur sort pour le futur. Ainsi, elles sont incontournables, pour certaines raisons, pour la médecine de demain.

     Le rejet de certains des médicaments de synthèse

Le rejet de la pharmacologie de synthèse et de l’allopathie, entre, autres, à cause de leurs effets secondaires, est l’une des principales raisons de se tourner vers l’usage des plantes. Cette situation intensifie une réelle motivation à se soigner à l’aide de la phytothérapie, en évitant progressivement de manière légitime la consommation massive de médicaments.

     Le respect de l’environnement

On sait déjà que la fabrication des médicaments en masse, et l’environnement ne font pas du bon ménage. En effet, la première pollue continuellement le second. Tandis que la production des plantes médicinales a un impact très faible sur la nature. Ce rapport favorise de plus en plus le développement et l’utilisation de la phytothérapie.

      Des raisons économiques

La production des médicaments de synthèse est plus onéreuse par rapport à celle de la phytothérapie. Du coup, en utilisant moins de médicaments et plus de plante médicinale, cela résoudra beaucoup de problèmes financiers au niveau de certains domaines, comme la sécurité sociale.